On me demande souvent mon parcours de photographe pour chien et chat…
Donc aujourd’hui je vous raconte tout !

 

[tg_small_content]Un petit brin de chemin…[/tg_small_content]

.

[tg_small_content class=”animate”]Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler un peu du chemin que j’ai parcouru pour devenir photographe professionnelle spécialisée dans les chats et chiens. Car c’est une question qu’on me pose assez fréquemment et bien que je parle un peu de mon histoire sur le site, c’est vrai que je ne parle pas vraiment en détails de mon parcours de photographe. C’était une chose à faire !

Et puis il y a quelques jours, Perle à posé LA question sur le groupe Facebook Trucs et Astuces. Elle a demandé comment nous avions commencé la photo, à quel moment et pourquoi. Avec quel appareil on a fait nos premières photos puis comment on a évolués. Elle a parlé de motivation, de frustration et du sentiment de doute que tout photographe ressent à un moment donné.

Il y a eu beaucoup de retours, des histoires touchantes comme celle d’Émeline qui a commencé car sa chienne était malade. Il y en a d’autres qui ont baigné dedans comme Marine qui avait une maman photographe. Et puis d’autres encore qui y sont arrivés un peu par hasard mais qui se sont laissés emporter par la passion comme Caroline.
Alors voici mon histoire à moi ! :)[/tg_small_content]

.

[tg_small_content]Mon parcours de photographe[/tg_small_content]

.

[tg_small_content class=”animate”]J’ai commencé la photo haute comme trois pommes. Je me revois, du haut de mes 6/7 ans, à bombarder tous les animaux que je voyais avec mon appareil photo jetable ! J’ai retrouvé plein d’albums remplis de photos de paysages et d’animaux. Une vraie passion déjà à cet âge !

En grandissant je me suis un peu calmée. J’ai arrêté les photos (enfin surtout ma mère qui dépensait des fortunes en développement !) et je me suis tournée vers les livres. Les univers fantastiques me captivaient et à 10/12 ans je dévorais de gros pavés (la quête d’Ewilan de Pierre Bottero à été mon plus gros coup de cœur ♥). Après les livres, que je n’ai jamais vraiment quittés, ce sont les jeux vidéos qui sont rentrés dans ma vie. Quand j’y repense c’était pour moi un autre moyen de fuir la réalité. Je me faisais harceler à l’école et les mondes fantastiques me permettaient de vivre une autre vie.

J’ai passé toute mon adolescence dans ma bulle et la photo m’est revenue quand j’avais environ 15 ans. Je suivais quelques photographes sur Facebook et j’admirais ma belle mère qui avait un reflex et faisait de superbes photos. J’ai recommencé à prendre des photos au lycée, à 17 ans, quand j’ai eu mon premier reflex, le Canon 600D. Je commençais à m’ouvrir un peu, c’est d’ailleurs le père de mon petit ami de l’époque qui m’avait redonné le gout à la photo !
Malheureusement je suis très vite tombée de haut et j’ai repris place dans ma bulle de protection quand j’ai reçu une menace de mort en plein exposé de français (oui, oui, vous avez bien lu !). La photo a été reléguée au second plan et je passais le plus de temps possible sur World of Warcraft.[/tg_small_content]

.

[tg_small_content]Quand la passion est revenue…[/tg_small_content]

.

[tg_small_content class=”animate”]A mes 18 ans j’ai quitté ma campagne pour aller faire mes études à Paris. J’avais été prise dans un IUT pour être bibliothécaire (quand je vous dis que les livres ne m’ont jamais quittée !) et je me suis petit à petit ouverte de nouveau. Je me suis fait des amis (si vous lisez ça, je vous aime fort ♥) et j’ai repris la photo de façon un peu plus sérieuse. Au début je photographiais les araignées, mulots et autres bestioles que je trouvais dans le parc au pied de ma cité universitaire. Finalement j’ai vite abandonné car j’étais bien trop dure avec mon travail… Je n’arrivais pas à avoir les rendus que j’avais en tête et je me frustrais toute seule. C’est comme ça que je suis rentrée dans le monde de la photo de modèles. Je ne voulais pas arrêter la photo et je cherchais à me construire, à prendre confiance en moi. C’est comme ça que j’ai rencontré Corinne Calmel, une adorable photographe, qui m’a faite poser !

J’y ai rapidement pris goût et pendant deux ans, tout en suivant mon IUT, j’ai posé pour différents photographes, plus ou moins connus. Voici des photos de mes trois tout premiers shootings pour les plus curieux ;) [/tg_small_content]

Mon parcours de photographe

.

[tg_small_content class=”animate”]Avec le temps j’ai vraiment pris goût à la photo en tant que modèle… En deux ans je me suis beaucoup améliorée et des photographes connus ont commencé à me contacter. J’ai même posé pour des magazines et des marques de bijoux ! A ce moment là j’ai voulu me professionnaliser et rentrer dans une agence. Petit problème… Je suis trop petite ! J’ai persévéré quelques temps, faisant des jobs payés par ci par là mais je me suis vite rendue compte que je ne pourrais jamais réellement en vivre.
Alors j’ai voulu persévérer, me dire que d’autres le faisaient, que rien n’est impossible quand on le souhaite mais… Finalement je me suis dit que cette voie n’était pas pour moi.

Cependant je ne voulais pas quitter ce monde ! Alors certes, j’y ai eu de mauvaises expériences mais également de très très bonnes ! J’ai rencontré des personnes formidables et passionnées, vécu des expériences folles et je suis tombée malade après avoir posé en lingerie dans la neige haha
C’est un monde un peu atypique que j’affectionnais beaucoup et le quitter m’a réellement rendue triste. Alors j’ai repris mon appareil photo.[/tg_small_content]

.

.

[tg_small_content]Mes premières photos[/tg_small_content]

.

[tg_small_content class=”animate”]Nous sommes donc en 2014 et entre temps, de façon professionnelle, j’étais complétement perdue. Je venais de faire Bac+3 mais mon métier de bibliothécaire me déprimait. J’avais un réel problème avec cette notion de hiérarchie qu’on retrouve dans beaucoup d’entreprise et je vivais mal ma situation. Du coup je me suis cherchée pendant deux ans avant d’avoir le déclic. Et ce fameux déclic il est arrivé quand j’ai décidé de varier mes modèles ! C’est pourquoi j’ai tout bêtement posté un message sur Facebook, disant que je cherchais des animaux à prendre en photo pour varier un peu de ma petite chatoune et… J’ai eu ÉNORMÉMENT de retours ! :O

J’ai donc commencé les séances, ici et là, photographiant des chats, des chiens, des nacs et même des furets ! J’y ai pris beaucoup de plaisir et c’est quand on m’a proposé de me payer pour mon travail que je me suis vraiment posé la question… Est-ce possible de vivre de la photo d’animaux ? J’ai découvert que oui, photographe animalière ça existe. Je me suis renseignée le plus possible et j’ai finis par tout lâcher pour la photo. Enfin j’ai quand même gardé un job à mi temps (2 jours par semaine) en bibliothèque pour commencer avant de complétement lâcher les rênes. [/tg_small_content]

.

[tg_small_content]Et maintenant ?[/tg_small_content]

.

[tg_small_content class=”animate”]Et bien me voila !
Alors je ne vais pas vous le cacher, les débuts ont étés très durs

J’ai galéré pour me faire une identité visuelle, un nom, une “patte” graphique bien à moi… Il y a eu beaucoup de moments de doutes, d’envies de baisser les bras. Car il y a eu des expériences éprouvantes ou bien difficiles… Et puis à force de persévérer j’y suis arrivée ! Quand des personnes commençaient à me dire “Patounes et Moustaches ? Tiens oui, ça me dit quelque chose !” je sautais intérieurement de joie, mon cerveau criant “ça y est !!! Tu es connuuuuuuue !!”

Bref.

Tout ça pour dire que j’ai eu de gros moments de doutes mais que j’ai décidé de continuer et que ça a payé. Maintenant c’est quand on me dit que mon nom leur est inconnu que ça m’étonne et je n’ai plus besoin de ramer pour trouver mes clients. Je profite simplement de mon métier. Ce merveilleux métier passion qu’est la photo d’animaux !
Voilà, je crois que vous savez tout de mon parcours de photographe :)

Et en bonus je vous laisse sur quelques photos du temps où j’étais modèle… ;)[/tg_small_content]